Le bio, c’est bon pour l’emploi ?

Agriculture biologiqueLes avantages du bio sont souvent évoqués d’un point de vue de la santé et de l’environnement, mais les produits biologiques ont également un impact économique que l’on n’évoque pas assez : ils génèrent de l’emploi.

En effet, en consommant bio et français, l’impact sur l’emploi qui n’est pas négligeable, d’autant que les emplois liés au bio en France ne sont pas délocalisables. Par ailleurs, en produisant sans pesticide, c’est-à-dire sans herbicides, sans insecticides, sans fongicides, sans parasitiques, il faut plus de main d’œuvre pour obtenir les mêmes résultats.

Dans nos jardins, utiliser une binette pour désherber est plus fatiguant et moins rapide que d’utiliser le « round-up », c’est le même constat en agriculture biologique. Une exploitation biologique emploie en moyenne 2.41 UTA (Unité de Travail Annuel) contre 1.52 UTA en exploitation traditionnelle (basé sur le recensement agricole de 2010).  Autrement dit, il y a 59% d’emploi en plus sur une ferme bio.

Alors que la tendance de l’emploi agricole est plutôt à baisse : moins 1,1% entre 2010 et 2015, la filière L’emploi dans le secteur biologique a progressé de 9,5% entre 2012 et 2017.

En 2017 la France a comptabilisé 134 500 emplois directs liés à la filière biologique. La grande majorité 88 400 emplois) concerne le travail dans les fermes, puis dans transformation (15 000 emplois), dans la distribution (28 900) et enfin dans le secteur du service (2200).

La santé des agriculteurs travaillant dans la filière bio est également améliorée, car en n’utilisant pas de pesticides les agriculteurs ont moins de risques liés au cancer induits par la forte exposition à ces substances cancérigène.

Source Agence bio et http://agriculture.gouv.fr/

Les commentaires sont clos.